Mar 06/07 | 1/2 Finale
Mer 07/07 | 1/2 Finale
Sam 10/07 | Petite Finale
Dim 11/07 | Finale

Football, CM 2010, 8es de finale, Brésil-Chili

Réagir | Réactions (0) |

Ce Brésil est solide

Publicité
  • Partager cet article :

Le Brésil n'a laissé aucune chance au Chili (Reuters)

par Flavien Chailleux (Sport24.com), le 28/06/2010

Malgré un début de match poussif, le Brésil s'est qualifié sans trembler pour les quarts de finale du Mondial en dominant un Chili fatigué (3-0). Au tour suivant, la Seleçao aura fort à faire avec les Pays-Bas comme adversaire.

Brésil-Chili 3-0
Brésil : Juan (35e), Luis Fabiano (38e), Robinho (58e)

Vainqueur du Chili (3-0), le Brésil continue son bonhomme de chemin en Coupe du Monde sans donner le sentiment d'avoir encore été poussé dans ses derniers retranchements. La Seleçao a certes eu besoin d'une demi-heure pour se mettre en route face au Chili mais son réveil lui a finalement permis de s'assurer une qualification sans trembler. Pourtant, la Roja rentrait rapidement dans le combat et faisait jeu égal en début de match face à un Brésil très brouillon. Cependant, les meilleures occasions étaient à mettre au crédit des Auriverdes, dangereux sur des tentatives lointaines de Gilberto Silva (9e) et Ramires (15e), mais aussi très maladroits à l'image d'une vendange de Luis Fabiano (5e). Finalement, grâce à un coup de tête de Juan sur corner (1-0, 35e), les hommes de Dunga prenaient enfin la maîtrise du match. Celle-ci trouvait rapidement confirmation lorsque Luis Fabiano, très bien servi par Kaka, se rattrapait de sa bévue en début de match en inscrivant le but du break avec sang froid (2-0, 38e).

Avec ses deux buts en trois minutes, la Seleçao pouvait se concentrer sur la défense de son score, tout en comptant sur l'explosivité de ses attaquants pour corser l'addition. Le Chili l'apprenait à ses dépens en voyant Robinho, idéalement servi par Ramires, aggraver la marque d'une superbe frappe enveloppée (3-0, 58). Les hommes de Marcelo Bielsa passaient une bien mauvaise soirée et ne semblaient pas en mesure, aussi bien sur le plan technique que physique, de rivaliser avec la sélection cinq fois championne du monde. Malgré tout, Valdivia (66e) et Suazo (76e, 78e) n'étaient pas loin de sauver l'honneur chilien dans ce huitième de finale à sens unique. Ainsi, le Brésil, dont la montée en puissance se confirme, peut d'ores et déjà s'atteler à préparer sa confrontation au tour suivant face aux Pays-Bas. Un duel qui s'annonce explosif et que l'on attend comme un révélateur du niveau de cette Seleçao version 2010.

Le joueur du match
Ce n'est pas le Brésilien dont on parle le plus mais Juan Silveira dos Santos est solidement installé en défense centrale de sa sélection depuis plusieurs saisons. Son association avec Lucio constitue sans doute l'une des meilleures charnières de la compétition. Face au Chili, le joueur de l'AS Rome a été un rempart infranchissable devant la surface de Julio Cesar. Le tout, conjugué avec des relances soignées et une supériorité dans le jeu aérien qui lui a permis d'ouvrir le score.

Tactique et coaching
Marcelo Bielsa est revenu à une défense à trois éléments en raison des suspensions de ses deux titulaires en charnière centrale (Medel, Ponce) et de sa sentinelle (Estada). Des absences qui ont pesé lourd. De plus, la stratégie en 3-4-3 du Chili est apparue déséquilibrée en raison de l'insistance de la Roja à passer systématiquement par l'axe au lieu des couloirs, secteurs où le Brésil n'est pourtant pas toujours d'une grande assurance. A Johannesburg, on n'a donc pas retrouvé le Chili de la phase de poule, nettement moins remuant et surtout moins frais, trois jours seulement après avoir disputé 45 minutes à dix contre onze face à l'Espagne. Bielsa a pourtant tenté de limiter le déclin physique de son équipe en procédant à deux changements dès le retour des vestiaires... En vain. Côté brésilien, Dunga n'a pas eu à souffrir des indisponibilités d'Elano et Felipe Melo, convalescents, grâce aux solides prestations de Dani Alves et Ramires au milieu de terrain. Un système qui se rôde peu à peu et qui confirme la solidité de l'assise défensive des Auriverdes, aux dépens d'une animation offensive souvent imprécise.

On n'a pas aimé
La cadence infernale du calendrier de cette Coupe du Monde ne laisse pas de répit aux équipes qui ont puisé dans leurs derniers retranchements pour atteindre ce stade de la qualification. Le Chili, comme la Slovaquie plus tôt dans l'après-midi, a semblé souffrir physiquement de l'enchaînement de ces rencontres à haute intensité. Avec seulement trois jours de repos depuis son match contre l'Espagne, la Roja sud-américaine a rapidement décliné sur le plan physique. De quoi donner quelques regrets à une sélection qui aura le sentiment de ne pas avoir pu jouer un match aussi important à 100% de ses moyens. Un ou deux jours de repos supplémentaires pour chaque équipe entre la fin de phase de poule et le début des matches couperets n'aurait pas été de trop.

Le match en images :

Derniers commentaires

  • Aucun commentaire n'est disponible

Ajouter un commentaire

En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit sur Sport24.com

* Champs obligatoires

Publicité
Service
Partenaire

Fil Info

A Lire Aussi

Les Blogs

Accueil du blog BRP HD - Le sport, plein écran
Dernières notes du blog

› Cavani et Ibrahimovic superbes contre l'Ajax...

› La question à laquelle vous n'échapperez...

› Vincent Labrune, ce président agité qui...

› Caen-Nîmes 2014 suspect de "trucage" : et si...

123<<